2020  —  Imbrication. Femmes, race et classe dans les mouvements sociaux

2020    Imbrication. Femmes, race et classe dans les mouvements sociaux. Paris : Le Croquant. 302 p.

Face à l’urgence de changer ce monde, comment lutter et avec qui, aujourd’hui ?

Appuyé sur plus de trente ans d’expériences de nombreux groupes, Imbrication décortique la complexité des identités, des loyautés et des intérêts de chacun-e dans les mouvements sociaux. Comment lutter comme femme sans trahir sa culture ? Comment se battre simultanément en tant que Noir-e et prolétaire ? Peut-on dénoncer à la fois le racisme, le capitalisme et le patriarcat ? Et surtout quelles alliances établir, autour de quel projet ?

Les femmes des Amériques du Sud, du Nord, du centre et des Caraïbes nous tendent ici un miroir exceptionnel pour mieux comprendre les dynamiques de « l’intersectionnalité » dans les mouvements sociaux.

Imbrication présente l’histoire insuffisamment connue de luttes guerrillères (Salvador), Indiennes-paysannes (mouvement zapatiste au Mexique) ou Noires, du Brésil aux USA, ainsi que les mouvements de femmes, féministes et lesbiennes du continent.

>> Plus d’informations

En espagnol : traduction en cours chez Madreselva (Argentine)

2017- Racisme et sexisme. Femmage à Véronique De Rudder, Nicole-Claude Mathieu et Colette Guillaumin

Coordonné par Catherine Quiminal, Annie Benveniste et Jules Falquet

Journal des Anthropologues, n°150-151

Critique du naturalisme, travail sur les catégories de racisation, analyse des processus de minorisation, construction des rapports sociaux de sexe et de race, critique épistémologique de l’androcentrisme sont autant de questions traitées ici. Le n° souligne l’importance et l’actualité de l’œuvre de ces trois théoriciennes qui ont opéré une véritable rupture dans les recherches sur le racisme et le sexisme tant en sociologie qu’en anthropologie .

>> En savoir plus